Eurodistrict Saarmoselle
 

L'Eurodistrict SaarMoselle demande l'instauration d'une zone sans péage dans les espaces frontaliers

 

Roland Roth, Peter Gillo et Gilbert Schuh ensemble contre l'instauration d'un péage pour les véhicules particuliers

  

Les membres de l'Eurodistrict SaarMoselle observent de manière soucieuse les réflexions relatives à l'introduction d'un péage pour les véhicules particuliers en Allemagne. Ils demandent que les intérêts des territoires transfrontaliers soient pris en compte et que les zones frontières (sur une profondeur de 40 Km) soient dédouanées de ce péage. Cette taxe routière devrait, selon le Ministre allemand des transports Alexander Dobrindt, prendre effet en 2018 ou 2019 pour la circulation sur les autoroutes. Elle dépendra de la cylindrée et du niveau de pollution du véhicule.

 

Depuis de nombreuses années le GECT Eurodistrict SaarMoselle et ses membres créent des synergies entre atouts mosellans et sarrois afin que l'Agglomération SaarMoselle devienne à terme un territoire d‘excellence de la coopération franco-allemande.

 

L'introduction d'un péage dans les zones frontalières allemandes pour les véhicules particuliers serait un danger pour l'évolution cohérente et intégrative des politiques d'aménagement et de développement économique de l'Eurodistrict ainsi que pour la construction de l'agglomération transfrontalière SaarMoselle en général. Roland Roth, Président de l'Eurodistrict SaarMoselle, confirme cet état de fait : « Nous travaillons depuis des années à la levée des obstacles de toute nature constitués par la frontière sur le territoire de l'Eurodistrict. La mise en place d'un péage autoroutier constituerait un retour en arrière et une infirmation de notre action au niveau local. »

 

La mesure en discussion serait un revers pour la mobilité et la perméabilité du marché de l'emploi. A l'heure actuelle, 20.000 personnes font la navette tous les jours entre le Département de la Moselle et le Land de Sarre pour se rendre à leur travail. 90% de ces travailleurs habitent en France et travaillent en Allemagne. Un péage pour les véhicules particuliers serait par ailleurs en contradiction avec les mesures prises par la Région Grand Est et le Land de Sarre en faveur de la formation et du placement transfrontalier des chômeurs, mesures qui ont été louées par les gouvernements nationaux.

L'introduction de la taxe contredirait également les projets mis en place pour promouvoir de manière commune l'espace économique SaarMoselle en créant de manière artificielle une barrière financière à la frontière.

 

Le péage serait en outre une entrave à l'interpénétration commerciale et des loisirs de notre territoire. La taxe pèserait de manière indirecte sur les villes centres qui accueillent chaque année des milliers de « touristes commerciaux », sachant par exemple que 30% de la clientèle des commerces de Sarrebruck vient de France. Les efforts faits pour développer et promouvoir l'offre culturelle de manière transfrontalière seraient également contrés. Peter Gillo, Directeur du Regionalverband de Sarrebruck et Vice-président de l'Eurodistrict SaarMoselle souligne l'effet délétère de cette mesure : « L'obligation d'achat d'une vignette constitue en fait un droit d'entrée en Allemagne, ce qui n'est pas seulement une entrave pour la clientèle. Cela constitue aussi une barrière financière pour l'accès aux loisirs transfrontaliers et plus largement à l'ensemble de l'espace économique SaarMoselle. »

 

Gilbert Schuh, délégué aux relations transfrontalières pour le Département de la Moselle, appuie l'argumentaire des membres de l'Eurodistrict SaarMoselle en matière de péage autoroutier. Il signale par ailleurs une autre problématique qui va prochainement contraindre les déplacements sur l'axe de circulation principale de l'Eurodistrict entre Sarrebruck et Metz : « Au 1er janvier 2017, le Département de la Moselle va transférer la compétence Transports à la Région Grand Est. De ce fait, le Département va cesser de prendre en charge 25% du prix du péage pour ceux qui se déplacent entre Saint-Avold et Metz pour exercer leur activité professionnelle. » L'Eurodistrict exprime le souhait qu'une solution de compromis soit trouvée afin que la fluidité des transports reste assurée sur tout le territoire de l'Eurodistrict.